retour accueil

Groupes de paroles des personnes victimisées

Le groupe de parole s’adresse aux personnes qui ne souhaitent pas ou ne sont pas prêts à un travail introspectif ou plus soutenu dans l’affrontement du traumatisme et de ses conséquences.
Ce peut être une démarche associée à une thérapie individuelle connexe externe ou un accompagnement victimologique au sein du cabinet

Mme Casalis (CFCV) exprime très justement l’intérêt du groupe de parole :
« Les groupes de paroles constituent un mode d’auto-organisation des personnes victimisées. La reconnaissance de soi par les autres revêt une grande importance pour plusieurs raisons : le regard que l’on porte sur soi est resté figé sur l’époque du viol. La personne violée se voit et se ressent toujours impuissante comme la victime face à son agresseur. Le groupe lui apprend à se voir telle qu’elle est actuellement. Le groupe permet un nouveau regard sur soi -même, s’accepter enfin ».
Certaines personnes ne souhaitent pas ou ne sont pas prêtes à suivre des entretiens individuels à visée thérapeutiques et préfèrent ce type d’accompagnement collectif.

Le groupe de parole permet de :

  1. Partager entre personnes victimisées leurs vécus et les difficultés rencontrées dans un espace bienveillant, sécurisant et soutenant.
  2. Améliorer la qualité de vie des personnes victimisées et recréer des relations aux autres.
  3. Mobiliser les ressources, forces et compétences de chacun-e-s pour réduire le poids et les interférences de la symptomatologie post traumatique que les personnes rencontrent dans leur quotidien.
  4. Créer du lien social et se réhabiliter dans les relations interpersonnelles.
  5. Restaurer l’estime de soi en passant par le collectif et le rapport à « l’autre »

 

Précision méthodologique :
Le travail se centre surtout sur le partage des «expériences» et des émotions.
Le travail ici n’est pas centré sur le traumatisme mais ses conséquences et ses compréhensions.
Les participants peuvent suivre en même temps des entretiens individualisés mais n’en est pas une condition.

Le groupe d’entraide se réunit une fois par mois sur 7 mois avec une durée de 2h00. Les groupes sont constitués d’un maximum de 6 personnes et les proches sont regroupés en fonction des thématiques de violences concernées.
La rencontre se fait avec l’engagement de chaque participant-e d’être présent-e à chaque rencontre.

 

retour  Emla